Tony Mwaba, si tatillon jadis, si suppliant enfin

Il avait pris une vitesse de croisière, écrasant tout sur sa toute. Même l’Inspecteur général des Finances, chef de service, en est sorti avec des égratignures. Des enseignants, le ministre de l’Epst voulait en faire une bouchée. Il faut reconnaître que Tony Mwaba ne savait pas, comme le héros de Cervantès, qu’il s’attaquait à un moulin à vent. Jusqu’à présent, personne ne comprend par exemple, la mesure de « désactivation de certaines écoles et par conséquent, de beaucoup d’enseignants. Au moment où de nombreux enseignants étaient dans la situation soit de non payés soit de nouvelles unités, cette mesure prise par coup de tête, a multiplié le nombre d’enseignants sans salaire. Et cela est intervenu presqu’à la veille de la rentrée scolaire. On demandait, malgré cela,  aux enseignants de continuer à prester. Ce qui a fait dire à certains d’entr’eux, que pour le gouvernement, la gratuité de l’enseignement était synonyme de la gratuité d’enseigner. La grève se poursuit jusqu’à ce que les élèves descendent dans la rue pour revendiquer leur droit d’étudier. Très vite, comme on devrait s’y attendre, on a crié à la manipulation. C’est comme si, les élèves ne suivent pas le discours politique demandant à tout le monde de se prendre en charge, de revendiquer ses droits. Il avait suffi qu’un élève ait l’idée et saisisse d’autres leaders d’autres écoles, le mouvement est parti. On aurait vu les élèves prendre des bus ou en descendre ; ce qui serait la preuve qu’il y aurait des mains noires derrière ces enfants. Quel raisonnement ! Il faut demander aux parents si leurs enfants pour telle ou telle autre raison, n’avaient pas demandé de l’argent pour telle ou telle autre raison. Le ministre a sauté sur des conclusions hâtivement tirées pour ériger la théorie de complot contre la gratuité. Au lieu d’affronter les anti-gratuité tels qu’identifiés, , le voilà qui cherche à amadouer les enseignants pour qu’ils gobent les promesses et reprennent la craie. Il a même nié avoir entamé la démarche de remplacer les enseignants grévistes par les nouvelles unités ou les non payés. Et pourtant, tout le monde avait suivi dans les médias ces décisions de remplacer les grévistes par les non payés ou les nouvelles unités. Une première dans ce pays

FF

Quand les enseignants ignorent Mbela Loge

Après  la déclaration de la suspension de la grève des enseignants  à partir de Kisantu, Tony Mwaba, ministre du secteur, avait poussé, sans doute, un grand ouf de soulagement. Le soir, il doit avoir eu un sommeil de bébé, espérant la fin du cauchemar. Mais, hélas, il avait chanté la victoire avant la guerre. Les fouineurs cherchent encore, pour connaître les raisons qui ont fait que les syndicalistes à Mbwela Loge, aient oublié leur latin, …je voulais dire leur sacro-saint principe qui veut que, lorsqu’on va aux négociations, on doit revenir à l’Assemblée générale, lui rendre compte de la moisson récoltée. C’est au regard de ces résultats que la base décidera de la suspension ou de la poursuite de la grève. Envoyer la décision par les médias interposés, avec un enthousiasme suspect, n’est pas de nature à convaincre le plus crédule des enseignants. Conséquence, le lundi, les parents ont envoyé les enfants à l’école, mais il n’y avait personne pour amener les enseignants à l’école. Car, les syndicalistes, insoucients, se la coulent douce à Mbwela. Un enseignant, parlant des syndicalistes justement, jurait la main sur le cœur : « Oyo baza kolia kuna, etali biso te…bakosanza yango ». Traduisez : ce dont ils se remplissent l’estomac à Mbwela, ne nous concerne pas. En un moment ce sera indigeste pour eux, ils vont tout vomir. C’est tout dire. La raison de la colère des enseignants est compréhensible. Tout cz qu’on leur a annoncé, c’est tout ce qu’ils avaient entendu hier. Des promesses non tenues. Pourquoi rentrer à l’école ? Pour « la gratuité d’enseigner ou pour la gratuité de l’enseignement» ?SS

About Diana Gikupa

Check Also

Fatshi au secours… cri d’ d’un vieux collaborateur de E. Tshisekedi

Il s’appelle Innocent Nga-Ngye. Son nom est lié à une forêt qu’il choisi de protéger …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *