24 C
Kinshasa

Quand Kabuya s’agite sans cause

Les membres de différents partis politiques ont le droit d’afficher leurs ambitions politiques pour demain. A l’Udps, outre la boutade selon laquelle « ils feront la remise et reprise avec Jésus-Christ »,  les dirigeants attendent voir Félix-Antoine Tshilombo faire les deux mandats constitutionnels. C’est légitime. Ce qui n’est pas légitime, c’est la projection de Basile Olongo, une projection saluée en silence à l’Udps, selon laquelle, les prochaines élections ne pourront avoir lieu qu’en 2030.  Curieusement, dans les milieux de l’Udps, à suivre la réaction impromptue de Kabuya à la déclaration de Ferdinand Kambere, Secrétaire permanent-adjoint du Pprd,  on nous donne l’impression que le pouvoir qu’ils ont reçu par les élections, est devenu une proprieté privée. Et que désormais, c’est l’Udps qui devrait redistribuer les rôles. Jusqu’au droit à la parole.  Ainsi donc, lorsqu’un militant du Pprd affiche une moindre ambition, cela devient une provocation pour Augustin Kabuya. Pour lui, personne ne peut parler du retour de Joseph Kabila, sans son autorisation.   Surtout, quand on dit que le peuple veut voir Joseph Kabila revenir aux affaires, pour Kabuya, c’est une usurpation. Il déclare pince-sans-rire, que le peuple, sa proprieté,  ne peut pas vouloir le retour de Joseph Kabila. Bien au contraire, si lui, Kabuya et l’Udps n’avaient pas accepté la coalition, Kabila et ses proches allaient fuir le pays. Comme quoi, il y a les gens qui croient à leur propre illusion-mensonge. Si Kabuya est sincère, il devrait plutôt dire ce que les Congolais pensent de deux ans du pouvoir de l’Udps.  Si pour l’Udps, avoir des ambitions et s’organiser pour les réaliser,  c’est un crime de lèse majesté, c’est une preuve que c’est un parti politique hystérique, dictatorial et messianique. Quel peuple, se demande-t-on, peut vouloir voir l’Udps quitter le pouvoir? Apparemment, le peuple, c’est encore une propriété de l’Udps. Ceux qui ont voté pour Joseph Kabila, ce n’est pas le peuple. D’ailleurs, c’est pour asseoir cette théorie que l’on qualifiait de tricherie toutes les victoires de l’ancien président. On pensait que la contestation de la victoire de Félix-Antoine Tshilombo par Martin Fayulu, ramènerait l’Udps à la raison.

Hier, Fayulu et Tshilombo parlaient au nom d’un même peuple. Aujourd’hui, on nous dit que le peuple a voté pour Fayulu, le peuple a voté pour Félix Tshilombo.  Ou encore, entend-on dire, Félix a volé la victoire de Fayulu. Alors où est le peuple ? C’est le peuple de qui ? Il est temps de sortir de la politique fiction, de la politique de ghetto. A ce jour, sauf si on est dans la rêverie, l’Udps n’est pas le parti politique le mieux implanté dans les 26 provinces. Le Pprd l’est mieux que lui. Car, il ne suffit pas de s’agiter au Kasaï pour croire parler au nom du peuple congolais. On peut tout dire, mais, sauf si on veut nier les évidences, on ne peut pas se dire « peuple » et n’aligner qu’une trentaine de députés nationaux. On peut se consoler en disant à tue-tête qu’il y aurait eu tricherie, qu’on aurait une majorité fabriquée ou quoi encore, cela n’éludera jamais la vérité. Plus de bruit pour peu. Peut-on parler du bilan de 36 ans d’opposition.

SG

- Advertisement -

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Articles récents

La majorité de Joseph Kabila vient de loin

Il est plus facile d’accuser tel ou tel autre d’avoir triché aux élections. Personne n’est à l’abris de ces accusations. Hier, l’Udps...

Regime « primo-ministériel », une provocation pour l’Udps

Il y a des choses qu’on ne peut pas dire à haute voix sous le président Félix Tshilombo. Le faire, c’est comme...

Lamuka, vers l’expérience de la dynamique de l’opposition

Sans aucun doute, le mandat que reçoit Fayulu est le dernier qui tourne. Après tout le monde va se retirer. Et Martin...

Quand Kabuya s’agite sans cause

Les membres de différents partis politiques ont le droit d’afficher leurs ambitions politiques pour demain. A l’Udps, outre la boutade selon laquelle...

Meeting aérien à Kinshasa, le top de la politique spectacle

Jamais, en Rdc, on avait atteint tel degré de politique spectacle. Une vraie tragi-comédie. Trop triste pour en rire. Alors que l’Est...