Pour qui roulent les « Bakata Katanga » ?

Nous sommes dans un pays où beaucoup de gens donnent l’impression de sortir du coma. Tout commence lorsqu’ils reprennent les esprits. C’est pourquoi, pour beaucoup, les « Bakata Katanga » est une nouvelle réalité. Essentiellement, pense-t-on,  liée à l’avènement de Félix Tshilombo. De là,  à voir dans cette réalité une manœuvre  pour nuire au Chef de l’Etat, le pas est vite franchi. La question du genre « qui est derrière les « Bakata Katanga » est une façon justement de reinventer ce phénomène. Et pourtant, les « Bakata Katanga » est un vieux problème. Et pour la enième fois, ils ont envahi la ville de Lubumbashi alors chef-lieu du Katanga uni. Moïse Katumbi était encore gouverneur de la province. Dans une opposition aujourd’hui au pouvoir, ces incursions étaient la preuve de l’absence de l’Etat. Qui était derrière eux à cette époque ? Qui voulait-on nuire ?  

Dans un raisonnement manche courte, on lie les « Bakata Katanga » à Gédéon Kyungu. Et pourtant, ceux qui ont des notions d’histoire de ce pays, le séparatisme au Katanga ne remonte pas à Gédéon. Le fait qu’il ait été mis en liberté et qu’à l’occasion il ait porté un T.shirt avec l’éffigie de Joseph Kabila, devient l’argument, voire un alibi pour soupçonner celui qui est derrière lui. Regretable raisonnement! Et alors, lorsqu’ les « Bakata Katanga » faisaient des incursions pendant que Joseph Kabila était au pouvoir, quel était l’objectif poursuivi ?  Ainsi donc, ceux qui se veulent adeptes de Moïse Tshombe, ne reconnaissent pas en Gédéon Kyungu,  leur leader.

Pour la petite histoire, Gédéon Kyungu est un des jeunes que Mzee Kabila avait armé afin  d’arrêter la progression des Rwabdais sous l’étiquette du Rcd. A la fin de la guerre, Gédéon poursuivra les attaques militaires. Il est arrêté et fera une évasion spectaculaire. Comme d’autres chefs rebelles, il se rendra et formera un parti avec promesse de ne plus recourir aux armes. Cela, jusqu’aux derniers incidents attribués à son mouvement, incidents reprimés dans le sang. Une trentaine de morts. C’est clair que les actions de Gédéon, sauf méprise, ne sont pas à confondre avec les « Bakata Katanga » qui ont des leaders à chercher, en lieu et place de prendre des racourcis.

SKK

About Diana Gikupa

Check Also

Il plaît sur le processus électoral de la Rdc

Qui l’eut cru ? C’est l’étonnement général. Jamais processus électoral n’avait mis les Congolais d’accord dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *