On pousse Félix Tshilombo à la faute

Tout se dit autour de la rentrée parlementaire. Pour beaucoup, même des journalistes, pensent que le bureau de l’Assemblée nationale devrait considérer  les lois Minaku-Sakata, comme appartenant au passé. Et pour quelle raison ? La première raison, c’est que la population, dit-on, ne veut plus de ces lois pour avoir marché à l’appel de Lamuka et de l’Udps. Quelle démocratie veut-on dans ce pays ? Si c’est la démocratie directe et populaire, il faut non seulement supprimer le parlement, mais aussi et surtout,  il faudra  changer la Constitution. Il faudra que le pays se dote de  nouvelles lois devant encadrer ce nouveau système de gouvernance. Car, on ne peut pas avoir un parlement, appelé « représentation du peuple » et donner à un soi-disant peuple le pouvoir de voter des lois. Une démocratie unique au monde ! L’autre raison pour laquelle on ne veut plus entendre parler des lois Minaku-Sakata, c’est que le Chef de l’Etat s’en serait opposé. Par quel mécanisme ? Est-il permis, dans une démocratie où la séparation des pouvoirs est consacrée, que le président de la République  puisse interrompre une procédure législative sans se rendre coupable de la violation de la Constitution ? Apparemment, beaucoup de gens parmi lesquels des journalistes, doivent aller à l’école de la démocratie.

La procédure d’élaboration de loi est claire. Il y a un moment où la loi arrivera chez le président de la République pour promulgation. C’est en ce moment que le Chef de l’Etat peut émettre son avis, il peut renvoyer la loi pour une seconde lecture.  Enfin, avant la promulgation, le Chef de l’Etat sollicite toujours l’avis de la Cour constitutionnelle, un avis de constitutionnalité. C’est étonnant qu’une proposition de loi soit déclarée inconstitutionnelle avant même d’atteindre la Cour constitutionnelle. Encore une fois, on est en présence d’une démocratie à la congolaise. Il n’y a pas une meilleure façon de pousser le Chef de l’Etat à la faute.

JDG

About Diana Gikupa

Check Also

Il plaît sur le processus électoral de la Rdc

Qui l’eut cru ? C’est l’étonnement général. Jamais processus électoral n’avait mis les Congolais d’accord dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *