32 C
Kinshasa

La majorité de Joseph Kabila vient de loin

Il est plus facile d’accuser tel ou tel autre d’avoir triché aux élections. Personne n’est à l’abris de ces accusations. Hier, l’Udps accusait, aujourd’hui, il est accusé d’avoir triché à la présidentielle. Si c’est une raison pour le mettre à l’écart avant une autre consultation électorale, allons-y ! L’Udps a tort de croire à ses fantasmes. En 2006, outre le fait que ce parti politique avait appelé de voter non au référendum constitutionnel, mais aussi, il avait boycoté les élections générales de 2006. On parle très peu de l’échec cuisant à ce double boycott. Apparemment, l’Udps ne collectionne que les victoires imaginaires et non les échecs visibles et palpables. En 2011, ce parti qui se veut « le peuple » n’avait pas dépassé cinquante députés. Très loin de la majorité. En 2018, une trentaine de députés seulement. Au lieu de partir de ses faiblesse réelles et visibles, l’Udps voit la tricherie partout.

En 2006, le Pprd, partant de la réalité du pays, savait qu’il ne pouvait pas gagner seul. On connaît le mot d’ordre de Yerodia « Faire élire Joseph Kabila et lui donner une majorité parlementaire ». Il crééra « l’Alliance des nationalistes patriotes (Anapat). Une idée rejetée par Vital Kamerhe et toute la bande à quatre. Pour eux, le Pprd devrait faire cavalier seul. Une position suicidaire contre laquelle Yerodia avait continué à se battre, jusqu’à ce qu’il reçoive de l’initiateur du parti, la mission de le réorganiser. Quatre jours durant, le siège du Pprd était devenu le bureau du patriarche Yerodia, alors vice-président de la République. Au congrès de la Fikin, le Pprd, avec Kamerhe comme Secrétaire général, rejetait toujours l’idée de se mettre dans une plate-forme politique. A la rigueur, répétait Vital Kamerhe, nous ne pourrions accepter que l’idée de Pprd et alliés. Il avait fallu que Joseph Kabila se présente comme indépendant, pour qu’au grand dam de la bande à quatre, l’Amp se crée pour soutenir sa candidature. A l’élection de 2006, il y avait un double objectif à atteindre, à savoir, faire élire Joseph Kabila et lui donner une majorité parlementaire afin de mieux gouverner. Très peu de partis politiques autres avaient la même stratégie. Méconnaître la majorité parlementaire de Joseph Kabila aujourd’hui, est une turpitude.

SG  

- Advertisement -

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Articles récents

Forêt Ndangye tueries derrière un mur de mensonge

Il y a quelques jours, un média en ligne relayé par une radio locale, faisait état d’actes d’enlèvement(pour la radio ) et la...

La majorité de Joseph Kabila vient de loin

Il est plus facile d’accuser tel ou tel autre d’avoir triché aux élections. Personne n’est à l’abris de ces accusations. Hier, l’Udps...

Regime « primo-ministériel », une provocation pour l’Udps

Il y a des choses qu’on ne peut pas dire à haute voix sous le président Félix Tshilombo. Le faire, c’est comme...

Lamuka, vers l’expérience de la dynamique de l’opposition

Sans aucun doute, le mandat que reçoit Fayulu est le dernier qui tourne. Après tout le monde va se retirer. Et Martin...

Quand Kabuya s’agite sans cause

Les membres de différents partis politiques ont le droit d’afficher leurs ambitions politiques pour demain. A l’Udps, outre la boutade selon laquelle...