Franck Diongo, de la comédie à la tragédie

Bientôt deux ans depuis que Franck Diongo est sorti de prison. Avec fanfare. On s’attendait à ce que ce soit pour lui, une certaine ascension politique inattendu. Il semble que, dans certaines circonstances, on sort de la prison pour le pouvoir. Le cas Mandela est le plus représentatif. Ceux qui croient que la politique, c’est la charité, s’attendaient voir Diongo ne fut-ce que dans le gouvernement. Comme dit Isnobi : « Osali nayo eloko te, yo pe bapesa yo. Otelemi nayo na coin, yo pe babwaka yo ». Le pèlerinage au siège de l’Udps, soi-disant pour rendre hommage au patriarche Etienne Tshisekedi, était en réalité, une allégeance. Sinon, lui qui se réclame lumumbiste, irait également rendre hommage, pour la première fois, au héros national. Quelle preuve de plus, que le mouvement lumumbiste progressiste (Mlp), n’est qu’un prête-nom opportuniste.

Revenons à nos moutons. L’assiette  était telle qu’au Cach, personne n’avait pensé, même en rêve, à un simple soupçon de poste à Diongo. Et pourtant, dans sa mégalomanie, il pensait qu’il suffisait de proclamer la proximité avec l’Udps pour être invité à table. Plus que le temps passait, plus les illusions tombaient. Il commençait à gesticuler pour se situer lui-même. Question d’attirer l’attention sur lui.  Au point où vont les choses, il y a risque d’oubli total. La conjonctue politique est telle que Diongo ne voit pas sur quel pied danser. Avec le seuil, il n’est pas certain d’arracher ne fut-ce qu’un seul siège de député. Car, hier, sans seuil, son parti politique n’a jamais eu un siège en plus de lui-même. La solution, pense-t-il, c’est de sortir de bois pour décharger tout son « chagrin politique » sur Joseph Kabila. La passion, disait quelqu’un, est un véritable instrument pour nous crever les yeux. Aucune logique dans la gesticulation de Franck Diongo. Il dénonce la loi sur les anciens présidents de la République élus.  Ce n’est pas une loi sur Joseph Kabila. Il faut être moins borné pour comprendre que dans quelques années, cette loi s’appliquera sur Félix-Antoine Tshilombo. Plus tart, après Félix Tshilombo, elle s’appliquera sur un autre président élu. On sait que Franck Diongo, ne rêve pas qu’un jour qu’il soit président de la République élu pour que cette loi s’applique à lui, mais, à chaque fin de cycle électoral, il y aura des Congolais présidents de la République élus pour bénéficier de cette loi. La Rdc ne tourne pas autour de Diongo.

Comble d’incohérence, Franck Diongo porte plainte contre cette loi sur les anciens présidents de la République élus. Avant même qu’il ait le verdict, il projette au même moment de porter plainte contre Joseph Kabila. Et avant même que la juridiction à laquelle il s’adresse ne tranche en sa faveur, il imagine à son niveau le verdict. Joseph Kabila pérore-t-il, devra rembourser l’argent touché. Voilà un homme qui se prend toujours pour ce qu’il n’est pas. Moralité : la clownerie politique a des limites.

Joachim Diana

About Diana Gikupa

Check Also

Il plaît sur le processus électoral de la Rdc

Qui l’eut cru ? C’est l’étonnement général. Jamais processus électoral n’avait mis les Congolais d’accord dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *