23.4 C
Kinshasa

Dossier Minembwe : Fatshi écoute la rue

Décision émotive ou simple façon de balmer la tempête ? La réaction du Chef de l’Etat dépend de ce qu’on attend de lui. On veut qu’il semêle de tout, on le met en possition de répondre de tout. Alors de tout. Déjà il doit répondre de ce qui se passe au Kongo Central. Car, un président d’une Assemblée provinciale, ce n’est pas moins qu’un bourgmestre rural. Et Minembwe, ce n’est pas seulement l’installation d’un bourgmestre, mais tout ce qu’on a fait gober aux Congolais au point de produire une vraie poudrière. Avec toutes ces médias devenus, de façon irresponsable, des « radios de mille collines ».

Hier, nous avions entendu certains Congolais demander aux animateurs d’une émission, de ne plus jamais recevoir Justin Bitakwira sur les abrennes de leur radio. Et pour cause que, non seulement Bitakwira ne leur disait pas la vérité, mais parce qu’il ne les caressait dans le sens  de « leurs oreilles ». Car, il y’a des gens qui adorent leur ignorance pour ne rêver que d’y demeurer. Et donc,  ils n’aiment entendre que ce qu’ils aiment entendre. Fussent-ils des futilités, des mensonges, des niaiseries, de la manipulation, … Et sur Top Congo, dans une émission brevière de beaucoup de Congolais, l’ancien ministre Bitakwira,  a excellé dans le paupulisme dangéreux et mensonger. Il a démenti, sans hauteurs, tout ce que le monde sait au sujet des frontières héritées de la colonisation.

L’ancien ministre devrait nous dire comment seule la frontière entre la Rdc et le Rwanda serait particulière pour déroger à ce qui est une règle générale. Cette règle, c’est que les frontières des pays africains sont artificielles, tracées sans tenir compte des populations qui y habitaient. Ainsi, pratiquement, à travers tout le continent, on trouve le même peuple de part et d’autre des frontières. C’est le cas à la frontière entre la Rdc et la Rca, entre la Rdc et le Congo Brazza, entre la Rdc et l’Angola, entre la Rdc et la Zambie, entre la Rdc et l’Ouganda, entre la Rdc et le Sud-Soudan. Sauf, comme par hasard, veut nous dire Bitakwira,  entre la Rdc et le Rwanda. C’est comme si, avant de tracer la frontière entre la Rdc et le Rwanda, les Occidentaux réunis à Berlin, avaient commencé par nettoyer tout autour,  pour qu’il n’y ait aucun peuple à cheval par rapport à cette frontière commune.

Voulant jouer avec l’ignorance d’une certaine opinion, Bitakwira a déclaré, pince-sans-rire, que né en 1960, il aurait vu venir les Banyamulenge. Très grave. Et une honte pour tous ceux qui peuvent croire à ce grossier mensonge cousu de fil blanc. Même, par miracle de l’histoire, il n’y aurait eu aucun nilothique sur ce qui est devenu territoire congolais en 1885, pourquoi le monde n’a-t-il pas appris l’histoire d’un enfant mystérieux, appelé Justin Bitakwira, né en 1960, mais avait vu tout ce qui se passait en 1930, en 1950, … Car, l’histoire nous apprend, situant les origines de certaines populations rwandophomes de la Rdc, qu’il y avait eu des transplantés au cours de ces années. En termes clairs, la Belgique qui administrait le Congo, le Rwanda et le Burundi, pour telle ou telle autre raison, avait déplacé certaines populations du Rwanda au Congo. En plus de ces populations transplantées, il y a eu ceux qu’on avait appelés à la Cns, des infiltrés sans oublier les refugiés. L’incurie, c’est de croire et de faire croire que le fait qu’il y ait eu des transplantés, des nfiltrés et autres refugiés, serait une une preuve que qu’il n’y aurait jamais eu au Kivu des nilothiques autochtones et cela, quel que soit le nom leur attribué au cours de leur évolution.   Sur cette négation, on a construit une peur alimentée par des luttes communautaires. Ces frictions on n’en a pas qu’au Kivu. Suivez ce qui se passe au Kasaï entre  les « Bena » ceci et les « Bena » cela, au Tanganyka entre les Pygmées et les Bantous, en Ituri entre les Hema et les Lendu, au Mayindombe entre les Batende et les Banunu, … On n’a jamais fait de ces conflits, des questions nationales. La particularité au Kivu où Minembwe est devenue une question nationale, c’est à cause de la donne rwandaise. Les Congolais sont chauffés à blanc, jusqu’à l’abrutissement, en leur montrant derrière chaque Munyamulenge,  un  Paul Kagame. Si donc,  la question Minembwe est résolue sur cette base émotionnelle, le Gouvernement congolais, particulièrement le Chef de l’Etat,  aura pris une décision malheureuse. Dommage,  si le garant de toutes les libertés, le Chef de l’Etat doit verser dans l’émotion, lui aussi.

Poing Gauche

- Advertisement -

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Articles récents

Lamuka, vers l’expérience de la dynamique de l’opposition

Sans aucun doute, le mandat que reçoit Fayulu est le dernier qui tourne. Après tout le monde va se retirer. Et Martin...

Quand Kabuya s’agite sans cause

Les membres de différents partis politiques ont le droit d’afficher leurs ambitions politiques pour demain. A l’Udps, outre la boutade selon laquelle...

Minembwe, suspension ou abrogation ?

Le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo,  a calmé le jeu dans le dosssier Minembwe. Mais, se demande-t-on, quelle est la nature de...

Dossier Minembwe : Fatshi écoute la rue

Décision émotive ou simple façon de balmer la tempête ? La réaction du Chef de l’Etat dépend de ce qu’on attend de lui....

Félix-Antoine Tshilombo promet de s’installer à Goma

En séjour au Nord-Kivu, le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo, a terminé son séjour nord-kivutien par une adresse à la population de...