25 C
Kinshasa

Denis Mukwege, sapeur- pompier ou pyromane ?

Le Prix Nobel de la paix, le docteur Denis  Mukwege, a organisé à travers le pays, des marches pour exiger la mise en application du rapport « maping ». Réalisé par les experts de l’Onu, ce rapport documente de graves crimes commis en Rdc de 1993 à 2003. Il y a dix ans que le rapport moisit dans les tiroirs du Conseil de sécurité de l’Onu. La question que plus d’un se posent, c’est  entre autre, celle de savoir  pourquoi ce rapport est dépoussiéré cette année ? Est-ce parce que les Rwandais, par leurs menaces de mort contre Denis Mukwege, auraient secoué le cocotier ? Une vengeance personnelle (qui se consomme, malheureusement chaude) du Prix Nobel de la paix, contre aussi bien contre les voisins que les compatriotes qui lui chercheraient noise ?

A suivre le gynécologue, réparateur des femmes violées, on ne comprend pas sa vraie cible. Il estime que le nouveau président serait dans les bonnes dispositions de faire appliquer ce rapport. Comment ? Pire baratin ! Pour lui, la disponibilité de Félix-Antoine Tshilombo lui viendrait du fait qu’il aurait des mains propres. Gilbert Kiakwama s’interrogerait, « mains propres ou pas de mains du tout » ? A bien comprendre Denis Mukwege, l’ancien président de la République qui avait pourtant coopéré avec l’équipe de l’Onu, n’aurait pas des mains propres.  C’est une confusion propre à ce gynécologue qui verse facilement dans le débordement de statut.  Il semble naviguer entre deux eaux, entre la politique politicienne nationale et l’action de la communauté internationale. Pour lui donc, si ce rapport est resté dans les tiroirs du Conseil de sécurité de l’Onu, c’est parce que le président congolais n’aurait pas des mains propres. Il descend ainsi dans les profondeurs des caniveaux politiques. Il ne propose pas comment les dirigeants congolais auraient pu agir à la place de ceux qui avaient envoyé la mission d’enquête. En outre, comment pouvait-il penser que les dirigeants congolais qui, selon lui, auraient des mains sales, pouvaient-ils s’activer pour que le rapport qui les accuserait soit appliqué par eux-mêmes ?  Du méli-mélo ! Mukwege doit savoir ce qu’il veut.

Créer un tribunal international pour juger les crimes de guerre et les crimes contre l’humanité, n’est pas une grande première. On en a eu en Yougoslavie, au Rwanda (Arusha), en Sierra Léone …  Nulle part où on avait créé ces tribunaux,  on avait attendu la demande insistante des pays victimes pour que le Conseil de sécurité s’exécute. Tout ce qu’on demanderait aux pays intéressés, c’est la coopération avec les instances de l’Onu. On a vu par exemple, la communauté internationale, l’Ue ou les Usa, sanctionner certaines personnalités congolaises. Etait-ce à la demande des dirigeants congolais ? La Rdc a livré à la Cpi des justifiables tels que Thomas Lubanga, Ngudjolo, Katanga et autres, sans que la Rdc ait supplié le Conseil de sécurité. Etonnant, que Mukwege pense que l’application du rapport maping serait une question de la politique interne de la  Rdc. Le gynécologue aurait voulu voir les dirigeants congolais sanctionner les auteurs de ces crimes au moment où le rapport ne donne pas l’identité des criminels. Et comment la Rdc devrait aller juger les Rwandais ? A moins qu’on nous dise que l’action de Mukwege ne viserait que d’éventuels criminels congolais !  Trop bas. Et voilà le sapeur -pompier dans le rôle de pyromane. Il ne pense pas que la sous-région pourrait s’embraser. On penserait, pourquoi pas,  à la politique des pompes funèbres. Plus qu’il y a des conflits, plus qu’il y aura des femmes à réparer. Plus qu’on aura de notorieté. Triste !

Shaah G.

- Advertisement -

Plus d'articles

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

- Advertisement -

Articles récents

Lamuka, vers l’expérience de la dynamique de l’opposition

Sans aucun doute, le mandat que reçoit Fayulu est le dernier qui tourne. Après tout le monde va se retirer. Et Martin...

Quand Kabuya s’agite sans cause

Les membres de différents partis politiques ont le droit d’afficher leurs ambitions politiques pour demain. A l’Udps, outre la boutade selon laquelle...

Minembwe, suspension ou abrogation ?

Le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo,  a calmé le jeu dans le dosssier Minembwe. Mais, se demande-t-on, quelle est la nature de...

Dossier Minembwe : Fatshi écoute la rue

Décision émotive ou simple façon de balmer la tempête ? La réaction du Chef de l’Etat dépend de ce qu’on attend de lui....

Félix-Antoine Tshilombo promet de s’installer à Goma

En séjour au Nord-Kivu, le Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshilombo, a terminé son séjour nord-kivutien par une adresse à la population de...