Affaire Minembwe : feu rouge

La Rdc est en ébullition. L’installation du bourgmestre de la commune rurale de Minembwe est devenue un feu rouge. Libre de ne pas le respecter, mais attention à la police et surtout à une éventuelle collusion. Très peu sont des gens qui savent ce que c’est. Minembwe, est une nouvelle réalité pour eux. Chacun y va de son commentaire selon son l’intérêt politique.

Le fond du problème ? Dans la nouvelle décentralisation, suivant les résolutions du Dialgue intercongolais  coulées sous forme de loi dans la Constitution de février 2006, le pays se divisait désormais en provinces, en territoire, en communes rurales en secteurs et chefferies.  Plus de trois cents communes rurales ont été crées par le décret du Premier ministre. Le premier décret avait été signé par Adolphe Muzito. Aussitôt signé, ce décret était décrié, notamment par Sesanga (père) qui demandait que ce décret soit rapporté. La délimitation de ces  communes rurales posait problème. Plusieurs voix se sont levées pour dénoncer ce découpage. A Minembwe, c’était un tollé général pour cause que pour exister, la commune rurale de Minembwe devrait rogner les territoires voisins. En plus de ce problème, la loi en la matière se voulait claire. La qualité de commune rurale s’attribuait à une agglomération et non à un ensemble de quelques localités. Qualité que Minembwe ne réunissait pas. Il fallait également, aux termes de la loi que, la création d’une commune rurale devrait recevoir l’approbation de l’Assemblée provinciale. En ce qui concerne Minembwe, l’Assemblée provinciale du Sud-Kivu avait dit non.

En dépit de ce non, le décret du Premier ministre Matata Ponyo crééra la commune rurale de Minembwe. En 2015, le Conseil des ministres demandera l’abrogation de ce décret. Voici le dossier Minembwe resurgir comme un serpent de mer. Et cette fois, les arguments juridiques et techniques reculent devant la passion et la phobie, pourquoi pas aussi devant la xénophobie. Voilà le feu rouge. Plus d’un s’étonnent de l’intérêt que certains milieux diplomatiques accordent à l’installation d’un simple bourgmestre d’une commune rurale.  On se demande si les réactions qu’on entend dans certains milieux politiques ne justifient pas cette mobilisation internationale. Sauf si on a la mémoire courte, les troubles à l’Est de la Rdc avait commencé entre autre, à cause d’un certain discours politique. Le président Mobutu était obligé de lancer l’opération « kimia ». Devant la persistance de la crise, l’opération « kimia » s’est transformée en opération « mbata ». La pomme de discorde, c’était la nationalité qu’on ne voulait pas reconnaître aux Banyamulenge. La Conférence nationale s’est brûlée les aîles. Il faudra attendre le dialogue de Sun City pour voir la question trouver des réponses. Déjà à l’époque, il y avait une mobilisation pour que se termine ce qu’on considérait comme une marginalisation des populations rwandophones. Avec le discours de discrimination  actuelle, il y a risque de se mettre la communauté internationale sur le dos. Qui a besoin de tout cela ? Dommage, voilà un discours dans lequel l’Udps est absente. C’est, à notre avis,

 la meilleure façon de soutenir le Chef de l’Etat.

PG

About Diana Gikupa

Check Also

Il plaît sur le processus électoral de la Rdc

Qui l’eut cru ? C’est l’étonnement général. Jamais processus électoral n’avait mis les Congolais d’accord dans …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *